AGI !
jeudi 23 décembre 2004

Un ancien dirigeant de l’extrême droite représente la presse

Source : Acrimed
vendredi 24 décembre 2004

François d’Orcival, président du comité éditorial du groupe Valmonde (Valeurs actuelles, Le Spectacle du monde, propriétés de Dassault) a été élu le 15 décembre 2004 président de la Fédération Nationale de la Presse Française (FNPF), organisation patronale de la presse.

François d’Orcival a été pendant une vingtaine d’années l’un des principaux animateurs de la mouvance nationaliste-européenne de l’extrême droite française.
Il a appartenu à Jeune Nation, groupe violent dissous par le gouvernement en 1958 après un attentat à la bombe à l’Assemblée nationale, mais qui poursuivra ses activités avec pour objectif de renverser la Ve République.
En 1960, D’Orcival est l’un des fondateurs de la Fédération des étudiants nationalistes, qui s’oppose à l’UNEF et soutient les défenseurs de l’Algérie française.

Il est ensuite l’un des principaux collaborateurs de la revue Défense de l’Occident [1] et de la revue Europe-Action (1963-66) [2].
Il participe en 1966 à la création du Mouvement nationaliste de progrès (MNP), qui présente quelques candidats aux élections législatives de 1967 sous l’étiquette du Rassemblement européen de la liberté (REL).
Il fait ensuite partie des fondateurs de la revue Nouvelle école et du Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne (GRECE, fondé officiellement en janvier 1969).
Dans les années 1970, le GRECE investit la presse de droite, d’abord le groupe de Raymond Bourgine (Valeurs actuelles, Le Spectacle du monde), dès 1970, puis Le Figaro-Magazine, sous l’égide de Louis Pauwels, en 1977-78.
François D’Orcival est alors devenu rédacteur en chef de Valeurs actuelles, il aurait rompu avec le GRECE en 1976 [3].

Source : http://altermonde.levillage.org/article.php3?id_article=1816

 [1] Créée en 1952 par Maurice Bardèche, c’est " la plus importante revue de l’extrême droite française de l’après-guerre ", selon Jean-Yves Camus et René Monzat, Les Droites nationales et radicales en France, Presses universitaires de Lyon, 1992.

 [2] " Europe-Action servit d’organe et d’encadrement aux plus redoutables néo-fascistes français des années 60 ", écrit Joseph Algazy, La Tentation néo-fasciste en France (1944-1965), Fayard, 1984.

 [3] Selon Ghislaine Desbuissons, La Nouvelle Droite (1968-1984), Contribution à l’étude des idées de droite en France, thèse de doctorat en sciences politiques, IEP de Grenoble, 1984.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 793 / 74587

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Revue de presse   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License