AGI !
lundi 31 janvier 2005 (Reuters - 19:47)

Chausson renonce à sa consultation sur les 35 heures

lundi 31 janvier 2005

L’équipementier automobile Chausson Outillage, à Reims, a renoncé lundi à proposer à son personnel de revenir sur les 35 heures en contrepartie du retrait de 80 licenciements, mais l’intersyndicale de l’entreprise a décidé d’organiser la consultation à sa place mardi.

L’intersyndicale CGT-CFDT et le comité d’entreprise espèrent ainsi démontrer que les salariés de l’usine Chausson n’acceptent pas de travailler plus sans compensation salariale et refusent ce qu’ils considèrent comme un "chantage" de la direction pour réduire le coût du travail.

"La direction de Chausson a informé aujourd’hui le comité d’entreprise qu’elle renonçait à sa consultation référendaire demain", a déclaré à Reuters l’avocat des salariés Philippe Brun, joint par téléphone.

"Le CE organise la consultation à sa place, également mardi, sur la même base, a-t-il ajouté.

Aucun commentaire n’a pu être obtenu auprès de la direction de l’usine.

L’intersyndicale CGT-CFDT et le comité d’entreprise espèrent ainsi démontrer que les salariés de l’usine Chausson n’acceptent pas de travailler plus sans compensation salariale et refusent ce qu’ils considèrent comme un "chantage" de la direction pour réduire le coût du travail.

C’est justement mardi que l’Assemblée nationale entame l’examen de la réforme des 35 heures décidée par le gouvernement au nom de la devise "Travailler plus pour gagner plus".

"La consultation a une valeur psychologique et la médiatisation du dossier (le jour où les députés débattent des 35 heures) va démontrer le mensonge d’Etat qui consiste à faire croire que les salariés ne veulent pas des 35 heures", a déclaré Me Brun.

"Le retrait par la direction de sa consultation n’est pas une bonne nouvelle", a cependant souligné l’avocat, estimant que Chausson juge désormais plus intéressant de s’appuyer sur la nouvelle loi sur les licenciements collectifs, votée dans le cadre du plan Borloo de cohésion sociale et applicable depuis huit jours.

"Désormais, une entreprise qui veut modifier le contrat de travail n’est plus soumise à la procédure préalable et à la consultation du CE", a rappelé Me Brun. "Elle peut poser la question directement et procéder directement au licenciement sans plan social si cela concerne moins de dix salariés".

Les 258 salariés non-cadres de Chausson seront donc invités par l’intersyndicale CGT-CFDT à répondre par oui ou par non à l’affirmation suivante, initialement proposée par la direction : "J’accepte un changement du temps de travail annuel équivalent à 13 RTT (13 jours de récupération du temps de travail), par le biais de la baisse du taux horaire du salaire, le maintien de la rémunération annuelle brute perçue actuellement (hors primes) et le retrait de 80 licenciements initialement prévus par les actionnaires".


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 749 / 74587

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Revue de presse   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License