AGI !
PARIS (AFP), le 08-02-2005

Gaymard veut aider les classes moyennes et privatise

mardi 8 février 2005

Le ministre des Finances Hervé Gaymard a affiché mardi sa volonté de baser sa politique sur la "confiance", en aidant les classes moyennes et en avançant dans les privatisations tout en tenant les dépenses publiques.

"Pas d’emplois sans croissance. Pas de croissance sans confiance. Pas de confiance sans emplois", a affirmé Hervé Gaymard en présentant "les grandes orientations de la politique économique française dans les trente mois à venir".

Lors de sa première conférence de presse depuis son arrivée à Bercy fin novembre, M. Gaymard a réaffirmé l’engagement de la France à tenir ses dépenses et à repasser sous la barre de 3% du PIB de déficit public en 2005. Il a souligné qu’en 2006, les "dépenses de l’Etat ne progresseront pas plus vite que l’inflation", conformément à ce qu’a décidé le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin.

Le ministre a affirmé aussi que la croissance en 2004 devrait être de 2,4%, et qu’il "gardait le cap d’une croissance de 2,5% pour 2005" malgré les "incertitudes" liées au contexte international.

Il a précisé le calendrier de l’introduction en Bourse de grandes entreprises publiques : Gaz de France (GDF) "d’ici l’été", le groupe nucléaire Areva "d’ici la fin de l’été" et EDF "d’ici la fin de l’année" 2005. Pour la Société des autoroutes du Nord et de l’Est de la France (Sanef), ce sera "d’ici début avril".

Tout en assurant que la baisse de 30% de l’impôt sur le revenu en cinq ans promise par le président Jacques Chirac "reste l’objectif" du gouvernement, M. Gaymard a rappelé qu’elle était liée à une hypothèse de croissance de 3% sur toute la législature.

Il a indiqué qu’il allait présenter dans les mois à venir "un éventail de propositions en faveur des classes moyennes et des actifs" en matière de baisse de l’IR. Il a évoqué des baisses plus concentrées sur les premières tranches du barème, ou encore l’amélioration de la prise en compte des frais professionnels des salariés.

M. Gaymard a par ailleurs annoncé que le montant de la Prime pour l’emploi (PPE) allait être augmentée. Il a confirmé que le gouvernement "explore" actuellement la possibilité de permettre aux ménages peu ou pas imposés de bénéficier des mesures fiscales en faveur des personnes qui emploient du personnel à domicile.

Autre mesure censée "libérer le pouvoir d’achat des Français", le dispositif de donations de 20.000 euros maximum en franchise d’impôt entre ascendants et descendants, limité jusqu’à présent au 31 mai, va être "reconduit et renforcé".

Alors que de plus en plus de Français ont du mal à se loger en raison de la hausse des prix de l’immobilier et des loyers, M. Gaymard a souhaité faciliter l’accès locatif en revoyant les modalités d’indexation des loyers et en dynamisant le recours aux assurances contre les impayés.

Il a par ailleurs annoncé la création, avant la fin 2005, de nouveaux produits en matière de crédit hypothécaire, "l’hypothèque rechargeable et le viager hypothécaire", et lancer des pistes pour faciliter le crédit aux étudiants.

Le ministre des Finances a aussi annoncé qu’il avait "décidé d’autoriser la rémunération des comptes (bancaires) courants, comme le demandait la justice européenne.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 822 / 74587

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actions   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License