AGI !
Collectif anti-délation "Savoie-Haute-Savoie"

Compte-rendu de la réunion du jeudi 31 mars 2005

samedi 2 avril 2005 par AL

Le jeudi 31 mars 2005, la réunion pour le Collectif anti-délation "Savoie-Haute-Savoie" a réuni 20 personnes.

1) Bilan de la réunion-débat du 14 mars avec D. Noguerres :

Les points positifs :

fréquentation : 250 personnes. Interventions très riches, les différents secteurs ont été bien représentés (dans une moindre mesure concernant les enseignants hors AGI !)

Deux personnes du Collectif d’Annecy nous apprennent que la mobilisation est très difficile en Haute Savoie par rapport au projet de loi sur la prévention de la délinquance et le rapport Bénisti. Elles nous disent avoir vécu la soirée comme un encouragement et souhaiteraient qu’il y ait un peu plus de dynamisme dans leur département.
Avec elles, nous nous posons la question de décentraliser une prochaine réunion ou action sur la Haute-Savoie afin de mieux sensibiliser les professions concernées.
La LDH Savoie contactera la section Haute-Savoie.

Les points à améliorer :

- Mieux se répartir les contacts presse.

- Pour le 14 mars, les Avocats n’ont pas été prévenus, il n’y avait pas d’élus, de maires ou de conseillers municipaux, que ce soit de droite comme de gauche.

- Comment obtenir un article convenable dans la presse locale ?
Lors de la conférence de presse, le correspondant du Dauphiné s’est excusé et seul le photographe est venu. La veille, le quotidien avait annoncé la réunion-débat mais l’article publié ensuite a été décevant car trop succinct..
Par contre, l’article paru dans la Vie Nouvelle qui a été rédigé à partir d’un dossier que le Collectif avait pris soin de leur envoyer pour préparer la conférence de presse a été mieux étayé et donc plus satisfaisant.

On peut se poser la question de l’utilité d’une conférence de presse s’il suffit de rédiger nous même l’article et de l’envoyer au journaliste ? (ndlr)

2) Perspectives :

8MBlanc a contacté la LDH en vue de faire un reportage sur les professions sociales.

La LDH va les rappeler pour déterminer une date et leur proposera la forme à donner à cette émission : plutôt sous la forme d’interviews dans les différents secteurs. (il n’est pas possible d’envisager de laisser filmer des jeunes ou des enfants sans autorisation)
Au cas où 8MBlanc accepte, il faudra rapidement se revoir pour déterminer :

- un représentant de chacun des secteurs (un éducateur, un psychiatre, une assistante sociale, un magistrat, un avocat, un enseignant (AGI ! ?) ...)

- le contenu de chaque contribution (présenter sous forme de débat ou d’interview son appréhension et son analyse par rapport à la loi.

Prochaine réunion pour préparer cette émission :

vendredi 8 avril à 18 heures

maison des syndicats

ordre du jour

- rencontre avec la presse

- rédaction d’un texte

3) Bilan financier :

La trésorerie du Collectif anti-délation sera tenue cette année encore par l’AS des AS.
Lors de la soirée-débat, les dons ont permis de récolter : 359, 59 €

- part reversée à la LDH : 80 €
- frais de reproduction de tracts : 16, 50 €
- affiches : 64, 50 €

La somme de 198, 59 € reste donc disponible pour les prochaines actions du collectif.

La question se pose que chacune des organisations membre du Collectif participe à cette cagnotte, de façon à ce que l’on puisse donner plus d’ampleur aux actions à venir (financement de déplacements, campagne d’information ...) Un appel à cotisation de l’ordre de 20 Euros par organisation est proposé. Règlement à l’ordre de l’AS des AS.

Après une rapide description de la modeste situation financière d’AGI !, j’ai tout de même précisé que notre décision serait prise lors de notre prochaine assemblée.

4) La sauvegarde organise une information sur le projet de prévention avec le conseiller général BOLLON dans le cadre de la formation continue éduc. Spé.

Les éducateurs craignent qu’il ne s’agisse d’une information ayant pour but de banaliser la politique de décentralisation et la demande sécuritaire et du coup, de rendre nécessaire une plus grande proximité des services de police.
Le conseil général souhaite réunir les éducateurs de terrain, les élus et la police en vue de collaborer.
Risque : ce type de “collaboration” permet de cibler les besoins dans le cadre de la “Paix sociale”, il suppose donc que la police et les élus demandent aux éducateurs de travailler dans tel quartier plutôt que tel autre, remet en cause la confiance envers les travailleurs sociaux dans les quartiers et rend leur travail impossible.

Décision : refuser cette formation en présence de M. Bollon. (grève ?)
En profiter pour :

- interpeller les politiques responsables de la répression

- organiser des rencontres avec les enseignants

- recadrer et élargir ce jour-là à tous les secteurs concernés

- mettre à contribution le collectif pour distribuer des tracts aux personnes qui auraient décidé d’assister quand même à cette journée de “formation”

5) Liens avec le Collectif régional et le Collectif national :

Le Collectif régional se réunit tous les mercredi. Difficile donc de travailler sur un compte-rendu de réunion puisque nous nous réunissons le jeudi.
Nécessité d’étudier la possibilité de travailler en collaboration avec le national. Difficile de faire remonter les informations ...


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 726 / 74587

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Ça nous regarde  Suivre la vie du site NON à la délation !   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License