AGI !

MANIFESTATION du 1er mai

vendredi 29 avril 2005 par AL

- Pour des augmentations de salaires,

- Pour la défense du temps de travail,

- Pour améliorer notre pouvoir d’achat !

Rassemblement à 10h00

Place de la Sasson à Chambéry

Jour férié, Europe, emploi et salaire au menu des défilés du 1er mai

@AFP, le 29/04 17:40 :

Le lundi de Pentecôte, l’emploi et les salaires domineront les traditionnels défilés du 1er mai, organisés dimanche dans un climat social tendu par des syndicats divisés sur la question européenne.

Quelque 130 manifestations sont prévues dans l’Hexagone pour la Fête du Travail, selon un recensement de la CGT. En 2004, en plein débat sur la réforme de l’assurance-maladie, environ 200.000 personnes avaient défilé dans toute la France.

L’emploi, le pouvoir d’achat et le temps de travail seront toujours au coeur des revendications, alors que les syndicats estiment que le gouvernement n’a pas entendu le message envoyé lors des manifestations du 5 février et du 10 mars derniers sur ces mêmes thèmes.

"Le gouvernement et le patronat doivent arrêter de culpabiliser les salariés dès qu’ils demandent des augmentations de salaires ou une diminution du temps de travail, alors qu’ils ne changent rien à la situation de l’emploi et de la qualité de vie dans notre pays", a déclaré à l’AFP Francine Blanche (CGT).

Illustration de ces revendications, le lundi de Pentecôte travaillé devrait cristalliser les mécontentements.

Alors que les appels à la grève se multiplient dans le public et le privé pour le 16 mai, l’ensemble des syndicats se sont insurgés contre la fermeté affichée jeudi par Jean-Pierre Raffarin à faire appliquer cette "journée de solidarité" au profit des personnes dépendantes.

"Nous allons profiter de la Fête du travail pour rappeler qu’il s’agit de travail non rémunéré, en soulignant la nécessité de la solidarité mais d’une solidarité juste", a expliqué à l’AFP le président de la CFTC, Jacques Voisin.

division syndicale

Malgré ces revendications communes, seul un très petit nombre de manifestations se dérouleront sous une banderole unitaire, notamment en raison de la proximité du référendum sur la question européenne, qui divise profondément les syndicats.

Même si elle sera présente dans tous les esprits, la constitution ne figure d’ailleurs dans aucun des mots d’ordre syndicaux, y compris à la CGT qui s’est officiellement prononcée pour le non.

La CFDT, qui soutient le traité, a ainsi préféré ne pas fixer de thème précis à la Fête du Travail "compte-tenu du contexte actuel de débat sur le traité constitutionnel". Son leader, François Chérèque participera à meeting dans les Landes sur la "journée de solidarité internationale des travailleurs".

Du coup, pas moins de quatre manifestations sont prévues à Paris.

Dès 11H00 la CFTC, qui prévoit de rassembler environ 2.000 personnes, manifestera entre la gare de Montparnasse et le Champ de Mars, sur le thème "Touche pas à mon jour férié".

Au même moment, les militants FO défileront entre Bastille et la place Gambetta. Le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly sera, lui, a Toulouse, où il déposera une gerbe au pied de la stèle de Jean-Jaurès et assistera à un meeting de l’union départementale de Haute-Garonne.

A 14H30, place de la République, le cortège le plus important, à l’appel de la CGT, l’Unsa, FSU et Solidaires, prendra le relais pour "des emplois de qualité, des salaires décents, l’augmentation du pouvoir d’achat et des services publics pour tous", en direction de la place de la Nation.

Enfin, plusieurs associations de défense des chômeurs et des précaires organisent une "mayday parade" pour la "conquête de droits nouveaux", à 17H00 au départ de la place Blanche, puis un concert gratuit place de la République.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 718 / 74587

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actions   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License