AGI !

Le CDI « nouvelle embauche » en période d’essai

Xavier Biseul , 01 Informatique, le 17/06/2005
mercredi 22 juin 2005 par AL

Entre incitation au recrutement et risques d’abus, les avis des SSII et des informaticiens sur ce contrat de travail sont partagés.

http://www.01net.com/

« Flexsécurité ». Le néologisme a fait son apparition au détour du discours de politique générale de Dominique de Villepin. S’inspirant du modèle danois, le Premier ministre entend, avec la création du CDI « nouvelle embauche », associer flexibilité pour les entreprises et sécurité pour les salariés.

Opérationnel dès le 1er septembre prochain, ce nouveau contrat de travail destiné aux entreprises de moins de dix salariés sera assorti d’une période d’essai de deux ans. En contrepartie, en cas de rupture du contrat, le salarié se verra accorder « un complément d’allocations chômage, un accompagnement personnalisé, et la mobilisation de nouveaux moyens de reclassement »

. Quel impact cette mesure aura-t-elle sur le marché de la prestation de services composé, selon la place de marché Hitechpros, de 71 % de SSII de moins de cinquante salariés ?

« Aucun, tranche Régis Granarolo, président du Munci. L’emploi dans notre secteur est directement lié aux investissements informatiques. » Par ailleurs, « bien souvent, les SSII ne s’embarrassent pas de détails quand elles veulent licencier. »

Dirigeant d’EL Technologies, une SSII de cinq personnes, Eric Virette assure que le nouveau CDI ne l’incitera pas à recruter davantage : « Dans une petite structure, les critères de sélection d’un futur collaborateur sont si importants que le type de contrat passe au second plan. Polyvalent, il doit pouvoir, dans la même journée, développer, maintenir, former, faire du commercial et répondre au téléphone. »

Lutter contre les aléas

Laurent Gayet-Métois est d’un avis contraire. Selon le gérant d’Oceanet Le Mans (huit salariés), ce nouveau contrat va libérer psychologiquement le « petit » patron, qui « a toujours peur de trop embaucher et de ne pas savoir quoi faire en cas de creux » .
Quant au salarié, il sera gagnant en cumulant deux ans d’expérience, « la première des précarités étant de rester au chômage »

- Président de la Fieci (CFE-CGC), Jean-Claude Carasco partage ce pragmatisme, tout en regrettant l’absence de négociations de branche. « Des garde-fous auraient permis de limiter les abus. »

Président de la commission PME de Syntec Informatique, Bernard Treps a, lui, retenu une autre mesure annoncée par Dominique de Villepin : la suppression de l’effet de seuil des dix salariés - le surcoût de l’embauche d’un dixième salarié étant pris en charge par l’Etat. Il attend maintenant du nouveau gouvernement un soutien plus spécifique aux PME innovantes.

Au-delà de la déclaration d’intention du Pacte PME signé le 1er décembre dernier, la création d’un véritable « Small Business Act » français, ou européen, permettrait aux PME d’être plus présentes sur les commandes publiques et le marché des grands comptes.

Les précédents projets de réforme du contrat de travail

-Le contrat de mission (décembre 2003, document de position de la Fédération Syntec) La chambre syndicale propose l’instauration d’un CDD allongé qui dépasserait la période légale de dix-huit mois, et dont les termes seraient calés sur la durée de vie d’une mission.

- Le contrat de projet (janvier 2004, rapport de Virville) Le DRH de Renault reprend l’idée d’un super-CDD de plusieurs années qui n’autorisait le recrutement de personnel qualifié que pour une mission donnée.

- Le CDI de performance (mai 2004, CroissancePlus) L’employeur fixe les compétences nécessaires au poste et les objectifs à remplir. Après au moins deux évaluations négatives, le salarié peut se voir congédier avec un chèque de départ. Son montant, fixé à l’avance, serait « significativement plus élevé »que l’indemnité légale de licenciement.

- Un contrat de travail unique (octobre 2004, rapport Camdessus) Fini les CDD, l’ancien dirigeant du FMI préconise l’instauration d’un contrat de travail unique. Les droits relatifs à la protection et à l’indemnisation du salarié seraient proportionnels à son ancienneté.

-Le contrat export (octobre 2004, Nicolas Sarkozy) Alors ministre de l’Economie, Nicolas Sarkozy a créé ce contrat de travail dédié aux PME exportatrices, dont l’échéance n’est pas fixée à l’avance.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 796 / 74587

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actions  Suivre la vie du site LEC-CPE-CNE : la bataille ne fait que commencer   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License