AGI !
© AFP le 25 juin 2005

Vers une charte des collectifs de défense et du développement des services publics

à Guéret (Creuse)
samedi 25 juin 2005 par AL

Près de trente collectifs de défense et de développement des services publics réunis ce week end à Guéret (Creuse) pour tenter de se fédérer élaborent une charte commune qui sera rendue publique dimanche, à l’annonce de la forme de coordination dont ils se seront dotés.

Une centaine de délégués sont venus de tout le territoire sur une initiative du Collectif du 5 mars, créé à Guéret par des associations, des élus, des syndicalistes et des usagers décidés à défendre les services publics.

Ils recherchent "les convergences nécessaires des luttes qui se développent dans tout le pays pour la sauvegarde et le développement des services publics". "Nous nous appuyons sur la manifestation du 5 mars, mais aussi sur le referendum sur le projet de constitution européenne", a déclaré Bernard Defaix, porte-parole du Collectif de Guérêt, en introduction.

Selon lui, "il s’agit d’une problématique universelle, pas seulement franco-française. Elle passe par la construction d’un outil de coordination à l’échelle nationale".

"Nous devons désormais appréhender cette question des services publics dans toute son ampleur, dans sa globalité. C’est la question structurante, politique d’un choix de société, l’affrontement avec une conception libérale qui vise à destructurer les grands acquis collectifs de bien public", a poursuivi M. Defaix.

Le 5 mars dernier, une manifestation nationale pour la défense et le développement des services publics avait réuni entre 4.000 et 6.000 personnes. Parmi eux, se trouvaient des élus de gauche comme le premier secrétaire du PS François Hollande, Jean-Luc Mélenchon (PS), Marie-George Buffet (PCF), Olivier Besancenot (LCR) ou Alain Lipietz (Verts).

Selon M. Defaix, l’action fédérée des collectifs doit impérativement "intégrer les forces syndicales, associatives et politiques ainsi que les usagers, y compris dès la création des collectifs". Cette synergie des composantes est appelée à faire oeuvre de "résistance à la casse des services publics", de "reconquête et de conquête de nouveaux secteurs pour les soustraire à la rentabilité financière", et de "rassemblement le plus large contre le credo libéral en France et en Europe".

Samedi, les délégués ont travaillé dans deux ateliers, l’un consacré aux "champs d’interventions pour le secteur public" et l’autre à "l’organisation des services publics. De la synthèse des débats menés par des partenaires inattendus comme des représentants syndicalistes de la CGT, de la FSU et de Solidaires, des ahérents politiques du PCF, de la LCR et du PS ou des militants d’Attac naîtra la charte.

Elle devrait, selon les premiers échanges consensuels engagés samedi, établir une "définition moderne" des services publics plutôt que dresser une liste restrictive, aussi exhaustive soit-elle, des secteurs qu’ils doivent recouvrir. Les intervenants s’accordent à penser que l’évolution de la société induit de nouveaux besoins et qu’il convient de fixer un cadre large.

Les interventions convergent pour affirmer que "le secteur public n’a pas seulement en charge la cohésion sociale". "Il a aussi une finalité de développement économique au sens des possibilités d’épanouissement de la personne, de dynamique émancipatrice, de dynamique humaniste", a déclaré un intervenant.

"Nous sommes dans une phase de reconquête idéologique", a lancé M. Defaix. "Nos collectifs sont aussi porteurs de valeurs sociétales", a-t-il conclu.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 812 / 74587

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actions   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License