AGI !
Contrat première embauche

CPE : BEAUCOUP DE JEUNES PERDENT ESPOIR ...

Par JC Colomine pour le Dauphiné Libéré
dimanche 5 février 2006 par AL

Chambéry
Depuis l’Université de Savoie, le Collectif savoyard de la jeunesse contre le Contrat Première Embauche (CPE) appelle à la mobilisation pour la manifestation du mardi 7 février.

Ils sont tous là, assis autour de la table. Autour d’eux, des nuées d’affiches placardées sur les murs du local prêté aux syndicats d’étudiants.

Une assemblée générale vient de s’achever sur le campus de Jacob Bellecombette et une soixantaine d’étudiants ont répondu à l’appel.
"Un bon point de départ", jugent les responsables du Collectif savoyard de la jeunesse contre le CPE, restés là après l’AG pour leur première conférence de presse.

De mémoire d’étudiant, il y avait bien longtemps qu’un mouvement n’avait rassemblé si large. "De l’extrème gauche à la gauche centriste", précise l’un d’eux. C’est qu’il a fallu faire vite. L’avancement de deux semaines par le gouvernement des discussions à l’Assemblée a précipité les choses.
"C’est surtout un gros travail de sensibilisation et d’information qui commence auprès des étudiants, lycéens, jeunes salariés et jeunes chômeurs, tous touchés par le CPE" précise-t-on.

Si auprès des étudiants la cause semble trouver un écho plutôt favorable, chez les plus jeunes il semble en être autrement. "Les lycéens ne se sentent pas encore vraiment concernés, pour eux, c’est loin le monde du travail." constate Pauline, responsable du Clac, Comité lycéen de l’agglomération chambérienne. Et celle-ci d’ajouter : "Dans les lycées, on va essayer de mettre en place des AG plutôt clandestines, puisque le droit de réunion nous est refusé."

Pour Guillaume, l’essentiel est de "mobiliser le maximum de jeunes pour le retrait du CPE."
Un CPE ici rejeté en bloc.
"C’est une période d’essai de deux ans". "On peut être licencié sans motif, sans préavis, du jour au lendemain". "Il ne résoudra pas le chômage", mais "augmentera encore la concurrence entre les travailleurs".

"Beaucoup de jeunes perdent espoir" affirme Yoann pour dépeindre tout un état d’esprit. "Aujourd’hui, on ne peut plus construire l’avenir, il devient impossible de trouver un logement, d’obtenir un crédit" ajoute Martin.
"Impossible pour un jeune de prendre son autonomie", renchérit Célia.
"On est jeunes, on a envie de faire des projets, pas de vagabonder d’emploi précaire en emploi précaire", résume Nabil.

Une manifestation sera organisée Mardi 7 Février à 15 heures au départ du Palais de Justice à Chambéry.

Jean Claude COLOMINE pour le Dauphiné

Les organisation membres du Collectif savoyard de la jeunesse contre le CPE : Les Alternatifs, Chiche !, Clac, FIDL, Joc, LCR, MJS, jeunesPCF, SOS Racisme, Unef.

Une Assemblée générale est programmée

le mardi 7 février

à partir de 12 heures

sur le Campus de Jacob-Bellecombette