AGI !
3 février 2006

Compte-rendu de l’AGI !

Maison des Syndicats
mercredi 8 février 2006 par Dominique

PRESENTS : Pascal, Bernard, Catherine, Jean-Luc, Maïté, Chantal, Dominique

ORDRE DU JOUR :

  1. Collectif Lyon-Turin, réunion du 27.01
  2. Bilan de la soirée du 26.01 « services publics »
  3. « Collectif du 29 mai », réunion du 01.02
  4. bilan de la manif du 02.02
  5. « Collectif anti-délation », réunion du 31.01
  6. Calendrier / rôle d’AGI !

1. COLLECTIF CONTRE LE LYON-TURIN, REUNION DU 27.01.

Chantal y assistait, avec une quinzaine de personnes. Il y a une réunion le 3 février, en même temps que la présente AGI ! Le collectif s’est constitué et aura bientôt un site. Il s’agit d’un collectif d’individus, pas d’organisations. Plusieurs actions sont évoquées, dont certaines qui devaient être discutées durant la réunion du collectif du 3/02 :

- diffusion de tracts devant la Galerie Euréka, où se tient en ce moment une exposition sur le projet (ceci dit, l’expo est peu fréquentée : quand y aller ?) ;
- infos vers les cheminots, dont les syndicats sont tous favorables au Lyon-Turin, partant du principe qu’il y aura des emplois et que, sans le nouveau tracé, il y aura plus de camions ;
- infos vers le grand public, qui n’a pas accès à l’envers du décor ;

Les questions qui se posent pour AGI !sont : quelles informations donner et comment ? Vers quel public ?

On constate, comme pour la Constitution, un verrouillage tendancieux de l’information : aucun accès aux données écologiques et financières, ni à une carte précisant le tracé. Même la durée des travaux est incertaine et leur réalisation technique semble hasardeuse, avec des coûts gigantesques (au moins 13 milliards d’euros, disent les plus optimistes). L’expo de la Galerie Euréka est particulièrement emblématique : pas un mot sur les opinions des opposants. De même, les différents partis politiques et syndicats s’accordent autour de ce projet (une manif de soutien est prévue par la CGT au printemps, cf. Dauphiné Libéré où un article est paru à ce sujet ; le Conseil Général veut faire une pétition pour le L-T, article dans le Dauphiné Libéré du 27 janvier) ; parallèlement, les interventions des groupements écologistes dans les médias sont brèves et disséminées (à titre d’exemple, voir Dauphiné Libéré du 27 janvier : 3 articles, loin les uns des autres, sur le L-T). Face à ce flou artistique savamment entretenu, la réaction la plus fréquente est : "de toute façon, on nous en parle depuis 20 ans, ça ne se fera pas ; pourquoi se battre ?" ; une autre opinion courante est que des emplois seront créés, avec un chantier de 10 000 ouvriers puis l’exploitation voyageurs / fret, alors qu’il y aura forcément des sections privées sur cette ligne (cf.Thalys, etc.) et que rien du tout ne garantit la fameuse manne d’emplois locaux en ces temps de directive Bolkenstein ressuscitée.

Quelques arguments de poids, déjà avancés le 7 janvier, et à développer dans les informations qu’il faut faire circuler :

- l’actuel réseau ferré n’est exploité qu’à 40% de ses capacités ;
- l’adaptation des plateformes de transports aux voies actuelles est techniquement possible ;
- pendant les 15 à 20 ans de travaux, que feront les camions dans les Alpes ?
- quel gain de temps pour les passagers ? A la sortie du tunnel jusqu’à Turin, les voies ne seront plus TGV (idem sous les 3 tunnels...) ;
- quel développement pour le sillon alpin ? Quel gain pour les populations locales ? (pas d’arrêt en Maurienne) ;
- la SNCF est en train de se désengager du fret au niveau national et a de nombreuses compagnies routières !

Rôle d’AGI ! : informer les gens et amener le grand public à s’interroger, à ne pas avaler tout cru le consensus ; les membres d’AGI ! pourraient entrer dans le collectif à titre individuel ; concrètement :
- faire un dossier de presse montrant aussi le point de vue d’experts indépendants (type CRELOC), de collectifs écologistes et de spécialistes du réseau routier ;
- demander à avoir des informations précises et les diffuser auprès du grand public ;
- produire un document synthétique résumant clairement les pour et les contre.

2 - SOIREE SUR LA DEFENSE DES SERVICES PUBLICS, 26.01.06 : BILAN

70 personnes étaient présentes, dont une quinzaine de nouvelles têtes. La soirée avait deux objectifs principaux :

- voir si une soirée de ce type pouvait intéresser les gens : c’est nettement le cas ;
- informer et discuter sur les services publics ; ce point est moins positif. Le découpage de la soirée et son organisation sont vraisemblablement à l’origine de cela.

La première partie de la soirée, en privilégiant les témoignages plutôt que des exposés, a du coup évincé les données de base, qui auraient mérité d’être rappelées (situation actuelle des différents secteurs, avancée des privatisations...).

La deuxième partie, "quels services publics voulons-nous ?", aurait gagné à avoir plus de définitions, de données ; il aurait fallu la rattacher au débat sur la Constitution et à la directive Bolkenstein. Suggestion : à l’avenir, il faudrait des responsables de thèmes pouvant apporter des informations précises.

Quant à la troisième section, "que faire ?", elle a été de loin la plus problématique car elle a bien montré que l’idée d’une candidature commune génère des débats trahissant la grande difficulté actuelle à se regrouper, ainsi que des divergences d’objectifs. Le choix de ne pas mentionner le collectif national, les Assises Nationales (avril prochain) et la Charte amène à se demander quels sont les objectifs du collectif

- ce qui nous mène au point 3 : Comité du 29 mai, réunion du 1er février : les organisations membres sont là pour favoriser l’échange, et la Charte doit maintenir ce dynamisme, pas se prononcer sur une candidature en 2007. Les objectifs sont de mener la réflexion avec toutes sortes de gens, de permettre le débat, d’assurer la logistique, de permettre la ré-appropriation par tous de la politique et de s’investir dans les luttes sociales. La mise en place d’une nouvelle force de gauche doit se construire progressivement, pas avec l’échéance de 2007 comme seul objectif. La Charte met en relief certains grands thèmes centraux (services publics, droit du travail...), autour desquels doivent se construire des débats publics : le 30 mars (à confirmer), réunion publique sur les droits du travail. La question de savoir quel est le rôle d’AGI ! dans ce collectif, vu sa différence de nature fondamentale avec les autres organisations, se pose et doit être débattue.

4. BILAN DE LA MANIF DU 02.02

Quelques centaines de personnes (600-800) jusqu’au milieu de la manif (particulièrement longue, 2 heures, vu le trajet sinueux), puis désagrégation progressive du cortège grâce au rythme très lent et aux slogans particulièrement ternes. La mobilisation a été très faible au niveau syndical ; outre la multiplication des mouvements sociaux cette quinzaine (voir point 6, calendrier) qui entraîne un morcellement des rassemblements, le caractère corporatiste des revendications était gênant. Quelles leçons en tirer ? (cf. point 6, rôle d’AGI !)

5. « COLLECTIF ANTI-DELATION », REUNION DU 31.01

Maïté rend compte du rendez-vous de 3 membres du Collectif avec JP Vial : il demandera le texte du projet de loi, le transmettra au collectif et l’étudiera avec un de ses collaborateurs. Ceci pourrait aboutir à des amendements. Autre rendez-vous du collectif avec C. Richard (PS), H. Marinière (Les Verts) et un représentant du PCF : tous partagent les inquiétudes du Collectif et constatent un manque d’information. Il faut réactualiser le 4 pages et le diffuser très largement, des députés aux maires en passant par les sénateurs et les élus municipaux.

- Grande manif contre le projet de loi le 22 mars à Paris ; départ en car de Chambéry : inscriptions auprès de Marie Hocquet avant le 3 mars (entre 25 et 40 euros par personne, selon le soutien financier des organisations, auxquelles on demande un soutien de 100 euros minimum).
- Soirée-débat avec projection du film "la raison du plus fort", le 3 ou le 10 mars (à confirmer), 19h30, salle Jean Renoir.

Maïté revient sur la récente demande de recensement des "élèves de nationalité étrangère sous menace de reconduite à la frontière" par les autorités académiques de l’Oise aux proviseurs.

6. CALENDRIER / rôle d’AGI !

- 07/02 : manif contre le CPE, Chambéry, 15h, Place du Palais de Justice
- 08/02 : AG proposée par SUD, Chambéry, 18h, locaux de SUD, 210 rue François Guise
- 10/02 : manif contre la directive Bolkenstein, Chambéry, 18h, La Sasson
- 11/02 : manif contre la directive Bolkenstein, Strasbourg départ en car de Chambéry à 5h45 ; inscriptions : contacter Florence
- 11/02 : manif contre la directive Bolkenstein, Grenoble 14h30 : et si on organisait un co-voiturage depuis Chambéry ? A discuter sur la liste
- 03 ou 10/03 : (date à confirmer) : projection du film « la raison du plus fort », Comité anti-délation, Chambéry, 19h30, salle Jean Renoir
- 18/03 : Concert organisé par Ras l’Front et Quartiers libres, Locaux Larsen.
- 22/03 : Manif nationale, Paris, Comité anti-délation ; clôture des inscriptions pour le départ en car de Chambéry le 03/03 ; renseignements auprès de Marie Hoquet

Rôle d’AGI !

- Il semble que la mise en place d’un « stock » de matériaux militants du type tracts, slogans et badges pour chaque manifestation soit une nécessité criante. La manif du 2 février était tout à fait sinistre, les slogans peu mobilisateurs et trop corporatistes. En 2003, la future AGI ! a joué un rôle important en produisant des slogans porteurs et en animant les défilés. Il serait bien que l’on refasse systématiquement tout cela.
- Une AG comme celle du 4 octobre aurait été utile : des gens ont demandé s’il y en avait une, du reste. Il devrait y en avoir une après chaque manif.

Prochaine AGI ! : selon la date du film "La Raison du plus fort", le 3 ou le 10 mars ? A discuter sur la liste.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 690 / 74587

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Kit de l’agitateur  Suivre la vie du site Comptes-rendus   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License