AGI !
LE MONDE 11.02.06

Inquiétude des associations de lutte contre les discriminations

par Philippe Allienne
dimanche 12 février 2006 par AL

Le projet de loi sur l’égalité des chances prévoit la création d’un nouvel établissement public national : l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Ancsec).

Moins médiatisée que le passage en force du contrat première embauche (CPE), cette mesure suscite l’inquiétude du monde associatif, qui craint d’être l’orphelin du Fonds d’action et de soutien pour l’intégration et la lutte contre les discriminations (Fasild).

LE MONDE

La nouvelle agence sera en effet le résultat de la fusion du Fasild, de la délégation interministérielle à la ville (DIV) et de l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme. Depuis 2001, le Fasild avait entrepris un important travail d’accompagnement des associations en donnant une priorité à la lutte contre les discriminations.

"GUICHET UNIQUE"

"Dans le Nord - Pas-de-Calais , dit un de ses dirigeants, la mayonnaise avait particulièrement bien pris." Les 400 associations jusqu’ici financées par le Fasild craignent de ne plus être écoutées.

En écho, les chargés de missions du Fasild s’interrogent sur l’avenir des comités régionaux pour l’intégration et la lutte contre les discriminations (Crild). Ces instances favorisent la concertation avec les représentants de l’Etat, les partenaires sociaux et des personnes qualifiées.

"La nouvelle agence ferait office de guichet unique pour la politique de la ville" , explique Mohamed Boughezda, du Crild Nord - Pas-de-Calais. "On a l’impression , renchérit Moussa Naït, membre du Crild, que le guichet unique sera à la disposition des collectivités locales et territoriales. Ces dernières disposeront d’une manne (500 millions d’euros) qu’elles distribueront aux associations. Avec le risque de clientélisme que cela peut supposer."

"Le Fasild est un organisme neutre qui traite les dossiers de manière autonome , complète Ourdia Mezine, directrice d’une association dunkerquoise d’insertion. Sa politique d’accompagnement aux projets a cassé les vieux discours d’assistanat aux associations d’immigrés. S’il perd ses missions, que deviendra notre travail de terrain ?"

"L’Agence nationale sera départementalisée , dénonce Moussa Allem, syndicaliste et chargé de mission au Fasild Nord - Pas-de-Calais. Cela va casser les thématiques régionales sur lesquelles nous travaillons."

Au niveau national, le Fasild affirme, contre l’avis de plusieurs directions régionales, que rien ne changera fondamentalement. De son côté, le ministre de l’emploi, de la cohésion sociale et du logement, Jean-Louis Borloo, promet une rallonge budgétaire.

Philippe Allienne
Article paru dans l’édition du 12.02.06


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 662 / 74587

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Ça nous regarde  Suivre la vie du site CESEDA   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License