AGI !
PARIS (AFP)

Rapprochement Banque Populaire-Caisse d’Epargne

lundi 13 mars 2006

Les syndicats dénoncent le rapprochement Banque Populaire-Caisse d’Epargne

Plusieurs syndicats de la banque et de la finance ont dénoncé lundi le rapprochement Banque Populaire-Caisse d’Epargne, fustigeant un adossement "des Caisses d’Epargnes au marché financier" et une atteinte à la mission "d’intérêt général" de la Caisse des dépôts.

Les fédérations Banque-Assurance et Finances de la CGT ont critiqué ainsi dans un communiqué "le caractère secret des tractations menées", et "l’incompatibilité avec les missions dévolues par la loi aux Caisses d’Epargne (notamment financement du logement social, lutte contre l’exclusion, protection de l’épargne populaire)".

Elles ont en outre souligné "le caractère inopportun de cette opération, particulièrement au moment où plusieurs groupes bancaires, dont le groupe Banque Populaire, réclament la banalisation du Livret A".

Les fédérations pointent aussi "des conséquences sociales facilement imaginables, d’abord pour le personnel des trois entreprises concernées (Natexis, IXIS et Crédit Foncier) mais plus largement pour les salariés des deux groupes (Banques Populaires et Caisses d’Epargne)".

Elles critiquent enfin par avance "la soumission de la nouvelle entité aux sacro-saintes lois du marché (rentabilité, productivité, compétitivité)".

Les fédérations expliquent donc "s’opposer à une opération qui inscrit un peu plus le groupe Caisses d’Epargne dans un avenir de banque universelle, adossé exclusivement au marché financier et à ses critères de rentabilité", et "mettront tout en oeuvre avec les salariés concernés (...) pour faire échec à un tel projet".

La CFE-CGC condamne "une manoeuvre boursière qui, au passage, serait destructrice pour certaines filiales concernées", demandant : "Quelle confiance les futurs actionnaires pourraient-ils avoir dans des entreprises dont les dirigeants ne connaissent que des méthodes de soudards ne respectant rien ni personne ?".

Les groupes Caisses d’Epargne et Banque Populaire ont commencé dimanche des négociations visant à un rapprochement, auquel la Caisse des dépôts (CDC), établissement public actionnaire à 35% des Caisses d’Epargne, veut opposer son veto.

Dans deux communiqués séparés, la CGT et la CFDT de la CDC se sont d’ailleurs élevées contre ce projet. La CGT a fustigé un "projet de fusion contraire à l’intérêt général, à l’avenir du financement du logement social, aux prérogatives et intérêts légitimes de la CDC et aux intérêts évidents des personnels concernés", appelant le Parlement à "s’opposer à ce projet".

La CFDT a critiqué "une politique du coup de force" et demandé "l’arrêt de la procédure, qui n’est pas favorable à l’intérêt général". "La CDC a vocation à garantir et gérer l’épargne et les dépôts de fonds privés qui lui sont confiés, dans une vision de long terme (...). Or, la construction envisagée tend à priver la CDC de marges de manoeuvre (...) sur la part de capital qu’elle détient dans l’affaire", a estimé le syndicat.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 931 / 74587

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Revue de presse   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License