AGI !

Robien veut le déblocage des lycées jeudi 30 mars 2006

Réactions
mercredi 29 mars 2006

CPE : Robien veut le déblocage des lycées jeudi, les syndicats s’insurgent (PAPIER GENERAL)

PARIS, 29 mars 2006 (AFP) - Le ministre de l’Education nationale Gilles de Robien a donné la "consigne orale" aux recteurs d’académie d’organiser jeudi la "réouverture" de tous les lycées, provoquant la réaction indignée des syndicats, qui craignent des interventions des forces de l’ordre.

Le ministère a précisé à l’AFP que ces réouvertures devaient se faire "en fonction des situations locales" et non forcément en ayant recours aux forces de l’ordre. "Les recteurs, avec les proviseurs, verront comment ils peuvent faire pour rouvrir les établissements", a-t-on ajouté.

Près de 1.400 lycées étaient bloqués ou perturbés par le mouvement anti-CPE mardi, sur 4.330 en France. Entrés en force dans la mobilisation il y a une quinzaine de jours, les lycéens constituent le gros des cortèges de manifestants et poursuivent la bataille au quotidien devant leurs lycées, de plus en plus nombreux chaque jour.

"Demain, il faut que les lycéens rentrent vraiment dans leur lycée, parce que sinon ils vont gâcher une partie de leur avenir, ils vont gâcher leur année scolaire", avait déclaré Gilles de Robien sur Europe 1 mercredi matin.

Dans une lettre aux proviseurs de son académie dont l’AFP a obtenu copie, le rectorat de Lille a, semble-t-il, retranscrit cette consigne orale, y ajoutant une invitation formelle à "saisir directement les autorités de police et de gendarmerie pour obtenir les concours nécessaires à la levée des blocages".

Le rectorat y précise que "le cabinet du ministre de l’Education nationale demande à tous les proviseurs qui ont fermé leurs établissements de les rouvrir pour le jeudi 30 mars au matin et de le faire savoir", en prenant "toute disposition utile pour que soit mis un terme à ces blocages, le jeudi 30 mars au matin".

Ayant pris connaissance de cette lettre, les syndicats de chefs d’établissement, d’enseignants et de lycéens, ainsi que les parents d’élèves FCPE, y ont vu un appel direct de Gilles de Robien à recourir aux forces de l’ordre pour faire cesser les blocages.

Indignés, ils ont rappelé que la sortie de crise était d’abord "politique" et passait par le seul retrait du CPE.

Evoquant "une maladresse importante", Philippe Guittet, le secrétaire général du SNPDEN, principale organisation des chefs d’établissement, a rappelé que "le problème politique dû au CPE n’est pas résolu". Il a suggéré que les évacuations se fassent plutôt "en concertation" avec les élèves.

Premiers concernés, les lycéens de l’UNL ont assuré au ministre de l’Education qu’il ne réussirait "pas à faire accepter aux lycéens mobilisés le CPE à coups de matraques !". "C’est de la provocation !", a commenté Karl Stoeckel, président de l’UNL, appelant le gouvernement à "revenir à la raison".

"C’est une attitude irresponsable, ce type de décision peut aboutir à des incidents, ces jeunes, ce sont nos enfants, nos élèves, on ne peut pas les traiter comme ça", a de son côté prévenu Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU, principale fédération de l’Education.

Jugeant que "le gouvernement prend la responsabilité des graves incidents qui ne manqueront pas de se produire", le Snes-FSU a menacé de faire grève pour "se tenir auprès des lycéens".

Quant à la FCPE, traitant Gilles de Robien de "pompier pyromane", elle s’est interrogée : "le ministre veut-il pousser les jeunes dans leurs derniers retranchements, pour pouvoir alors dénoncer les débordements qui risquent fort de s’ensuivre ?".

Dépêche AFP

Déblocage des lycées jeudi : "appel irresponsable à la police" pour le Snes

PARIS, 29 mars 2006 (AFP) - Le Snes-FSU, principal syndicat des collèges-lycées, a estimé que la "consigne orale" donnée mercredi par le ministre de l’Education de "réouverture" des lycées jeudi, correspondait à un "appel irresponsable à la police".
"Il s’agit d’ouvrir tous les lycées jeudi 30 mars au matin, y compris les établissements bloqués, en recourant si nécessaire aux forces de l’ordre", a estimé le syndicat.

Le ministère a assuré de son côté que ces réouvertures devaient se faire "en fonction des situations locales" et non forcément en ayant recours aux forces de l’ordre.

"Le gouvernement prend la responsabilité des graves incidents qui ne manqueront pas de se produire, dans le climat actuel de tension suscité par l’obstination du gouvernement à ne pas retirer le CPE", a ajouté le Snes-FSU. Il a affirmé qu’il se tiendrait "auprès des lycéens, en recourant si nécessaire à la grève".

Dépêche AEF

Réouverture des lycées bloqués : le SNES dénonce "un appel irresponsable à la police"

Le SNES-FSU qualifie d’ "irresponsable" l’appel que Gilles de Robien, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, lance aux chefs d’établissement, via les recteurs, pour que ceux-ci ouvrent tous les lycées jeudi matin 30 mars 2006, "en recourant si nécessaire aux forces de l’ordre" (L’AEF du 29/03/2006, 63462). Le syndicat des enseignements de second degré estime que "le gouvernement prend la responsabilité des graves incidents qui ne manqueront pas de se produire" et appelle les personnels d’enseignement et d’éducation "à se tenir auprès des lycéens, en recourant si nécessaire à la grève".

Selon le ministère, "il s’agit d’une consigne orale pour que les réouvertures des lycées se fassent en fonction des situations locales". Seuls les recteurs et les chefs d’établissement jugeront "de la mesure la plus appropriée" pour réouvrir les lycées.

Dépêche AEF

Déblocage des lycées : les réactions de la FCPE, du SE-UNSA, de l’UNL et de la FIDL

FCPE. Gilles de Robien "jette de l’huile sur le feu de la mobilisation lycéenne et étudiante", estime la FCPE, aujourd’hui mercredi 29 mars 2006, alors que le ministère de l’Éducation nationale entend procéder à l’évacuation par la force des établissements occupés par les lycéens. "Qui veut tuer son chien l’accuse de la rage. Le ministre veut-il pousser les jeunes dans leurs derniers retranchements pour pouvoir alors dénoncer les débordements qui risquent fort de s’ensuivre ?" s’interroge la fédération de parents d’élèves. La FCPE et les parents "n’auront de cesse de dénoncer ce comportement irresponsable de pyromane".

Contact : FCPE, presse, Laurence Guillermou, 01 43 57 16 16

SE-UNSA. "Le SE-UNSA s’inquiète d’informations concordantes sur d’éventuelles consignes de recours à la force pour évacuer des lycées occupés le jeudi 30 mars." Le syndicat indique qu’il a déjà mis en garde le ministre "contre des interventions intempestives susceptibles d’engendrer des violences".

"Dans le cadre de la nouvelle journée d’action interprofessionnelle du mardi 4 avril, il appelle à nouveau l’ensemble des personnels d’enseignement et d’éducation à la grève pour obtenir le retrait du CPE."

Contact : Brigitte Biardoux, 01 44 39 23 93, brigitte.biardoux@se-unsa.org

UNL. "Vous ne réussirez pas à faire accepter aux lycéens mobilisés, le CPE à coups de matraques", indique au gouvernement l’UNL, après que le ministère de l’Éducation nationale a émis l’hypothèse d’évacuer par la force des établissements occupés par les lycéens. "L’UNL s’indigne de ce gouvernement qui, arc-bouté sur des positions rejetées par l’opinion et la jeunesse, trouve le moyen de se ridiculiser, de s’enfoncer encore, en faisant intervenir les forces de l’ordre pour tenter de stopper la mobilisation légitime des lycéens".

L’UNL soutient toujours les blocages des lycées d’établissements "décidés démocratiquement".

Contact : UNL, président, Karl Stoeckel, 06 82 66 58 62

FIDL. La FIDL a appris "avec stupeur" que des directives "fermes" avaient été données aux proviseurs leur demandant de rouvrir les établissements actuellement fermés en faisant appel si nécessaire aux forces de police. Le syndicat lycéen rappelle que "ce n’est pas en envoyant des policiers face aux lycéens que le climat s’apaisera". "Le gouvernement par son entêtement est responsable du climat de tension et des violences qui ont lieu dans le pays", estime l’organisation qui appelle à des assemblées générales dans les lycées.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 466 / 74587

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Revue de presse   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License