AGI !

Mis en cause par la LDH, Sarkozy refuse de "polémiquer"

NOUVELOBS.COM
jeudi 13 avril 2006

Interrogé sur le rapport 2005 de la Ligue des droits de l’Homme, qui l’accuse notamment de "dérive sécuritaire", le ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, a sèchement répliqué jeudi 13 avril. "Je suis mis en cause ? Il (le président de la LDH) aurait mieux fait de se taire. La polémique de m’intéresse pas", a-t-il déclaré lors d’un déplacement dans le Nord.
"Ce ne sont pas des questions, ce sont des insultes", a-t-il encore répondu à une question détaillant les accusations de la LDH.

Nouvel Obs

Dans son rapport, la Ligue dénonce notamment une "régression" des droits en France ainsi que des "dérives des politiques publiques".

Dans son rapport 2005 présenté jeudi 13 avril à Paris, la LDH s’inquiète, à un an de la présidentielle de 2007, de nombreux événements qui l’ont interpellée l’année passée. Elle publie également un dossier sur les droits des femmes.
Principale inquiétude : la "dérive sécuritaire", que la LDH place au cœur de son rapport et qu’elle attribue au ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy.

"Dérives sécuritaires et xénophobes"

"Le changement de gouvernement intervenu en juin a aggravé les dérives sécuritaires et xénophobes qui tentent trop de dirigeants et de forces politiques dans ce pays", écrit Jean-Pierre Dubois, le président de la LDH. "En particulier le retour au ministère de l’Intérieur d’un candidat permanent à l’élection présidentielle (...) a accéléré l’application d’orientations inacceptables aussi bien sur le plan de la politique de l’immigration que dans la mise en scène de la gestion policière des quartiers populaires et des banlieues", poursuit-il.

Particulièrement révélateurs de ces "dérives" : la crise dans les banlieues de novembre 2005, estime la LDH.

Ainsi, lors des violences urbaines de 2005, "des peines très lourdes" ont été infligées, alors même que 60% des prévenus n’avaient jamais été condamnés : "2.787 personnes interpellées, plus de 600 incarcérées", dénonce la LDH. Les sanctions ont concerné surtout des jeunes de 16 à 25 ans issus de l’immigration, souligne la LDH.

Etat d’urgence

Outre la "violence judiciaire", "chacun peut apprécier la violence symbolique du recours non nécessaire à l’état d’urgence, c’est-à-dire à une forme d’état d’exception qui renvoie à la guerre d’Algérie et à l’affaire d’Ouvéa", poursuit la Ligue.

Les réformes du gouvernement sont elles aussi révélatrice du "tout sécuritaire" aux yeux de la LDH, qui cite le programme Identité nationale électronique et sécurisée (INES), qui doit être présenté au Parlement en juin. Ce programme équivaut, selon la Ligue, à la "mise en place d’un outil de surveillance généralisée de toute la population et place la société française sous la mainmise de la police comme jamais auparavant".

La LDH estime que la justice contribue à cette évolution : au 1er décembre 2005, sur 59.241 personnes incarcérées en France, 21.033 étaient présumés innocentes, en détention provisoire. Le nombre de places dans les prisons est passé à 51.195 contre 49.601 en 2004, et la population des mineurs détenus à progressé de 637 à 808 personnes, explique le rapport.

"Traque" des sans-papiers

Pour la Ligue des droits de l’Homme, les premières victimes de cette politique sont les étrangers et les sans-papiers, dont "la traque a pris une ampleur et un rythme réellement sans précédent".

La LDH s’inquiète aussi de voir la précarisation gagner du terrain en France. Elle pointe en particulier un "déficit structurel de logements" : plus de trois millions de sans-logis et mal-logés. Il faudrait construire environ 300.000 logements de plus par an, selon elle.

La LDH déplore enfin la "déstabilisation du système de protection sociale" et le manque de réformes adaptées pour lutter contre le chômage. Elle regrette ainsi la création du Contrat nouvelle embauche (CNE), qui remet en cause le contrat à durée indéterminée, qu’elle considère comme le "seul statut juridique réellement protecteur du salarié".


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 639 / 74587

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Ça nous regarde  Suivre la vie du site Sarkozy, l’UMP et plus si affinités   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License