AGI !
Compte rendu de la réunion des collectifs du 24 juin 2006 à Paris

Collectif Savoie Haute Savoie « Refusons la délation »

vendredi 4 août 2006

La réunion des collectifs anti-délation s’est tenue le 24 juin 2006 à Paris.

L’information n’ayant été diffusée que par la liste antidélation et par le canal des organisations du CNU, seuls 12 collectifs étaient présents et quelques excusés. Le CNU regrette d’avoir omis de publier l’information sur le site national.

La réunion s’est déroulée en 3 parties : Informations réciproques, fonctionnement et perspectives d’action.

1) Echange d’informations sur les textes, le calendrier parlementaire et sur les actions des collectifs.

Ce texte est encore en préparation, mais les grandes lignes sont claires et reprennent complétement les idées de 2003. Il y a énormément de versions qui circulent, cela permet aussi de noyer les choses. Le conseil interministériel sur la prévention de la délinquance, qui a reçu le CNU le 12 juin, a confirmé le retrait de l’article 11 (version du 23 mai) sur le dépistage précoce pour l’insérer dans la loi protection de l’enfance. Cela a été fait la semaine dernière par un amendement proposé par le gouvernement.

Le projet sera entériné au conseil des ministres du 28 juin et sera présenté à l’assemblée à la rentrée, vu qu’il n’y aura pas de session extraordinaire en juillet.

Il y a eu un échange très riche sur les diverses expériences des collectifs. pour beaucoup des actions médiatiques qui attirent la population, parfois plus que les salariés concernés. Impression de ramer à contre courant même de certains collègues. Diffiucltés de tenir sur la durée. Mais tous pensent qu’avec un travail d’explication basé sur des exemples concrets il y a un potentiel de mobilisation.

Ce point a démarré un débat sur les formes d’actions avec une opposition des régions éloignées sur l’organisation de manifestations nationales réfutant l’idée qu’à un moment les choses se décident à Paris et que le point de pression se situe là.

2) Fonctionnement Rappel des bases de construction du CNU, de son fonctionnement et explication des dysfonctionnements que cela peut engendrer par rapport aux collectifs locaux :

Le collectif national est composé d’organisations nationales soit organisations syndicales, soit collectifs spécifiques, soit des associations LDH, AC ....Toutes ces organisations se sont regroupées pour lutter contre l’avant projet de loi sur la prévention de la délinquance et autour d’une charte déontologique sur leur conception du travail social. Le CNU n’intervient que sur ce sujet, certaines organisations ne souhaitant pas élargir le champ d’intervention. Ce point de fonctionnement peut entraîner un décalage entre le CNU et les collectifs locaux qui pour beaucoup interviennent sur d’autres sujets très en lien comme par exemple les sans papiers, l’immigration, les sans droits en général.

Chaque organisation garde sa propre autonomie et ses mandats lui sont donnés par ses adhérents Nous n’avons pas choisi d’être une coordination des collectifs. pour autant il y a à revoir les liens entre le CNU et les collectifs locaux.
Après un débat conséquent sur les modes d’actions, sur les choix, les hésitations, les incompréhensions parfois, voire la distance qui peut s’installer entre le CNU et les collectifs, il est constaté la volonté de travailler dans le même sens, la volonté de trouver des modes de fonctionnement permettant à chacun de pouvoir exprimer ses positions et la nécessité de renforcer les liens sans remettre en cause le mode
d’organisation choisi.

Il est décidé la mise en place d’une liste de discussion inter collectifs et CNU. Il y aurait un correspondant par collectif et cela servirait de listes de travail et établirait un lien direct.
L’adresse est collectif délinquance@sud-sant.org mais il faut demander d’abord l’inscription à fbinot@sud-sante.org.

3) Perspectives d’action : On ne va ici que lister les propositions retenues en synthèses en rappelant que cette réunion n’avait aucun pouvoir de décison pour plusieurs raisons, trop peu de collectifs présents et ces propositions seront à valider dans les différentes organisations du CNU.

- 28 juin après le conseil des ministres le CNU sortira un communiqué de presse
- 1 juillet demande que les collectifs appellent à la manifestation contre la loi sur l’immigration
- Cet été maintien d’un état de vigilance pour permettre des réactions rapides en cas de problèmes ou de campagne médiatique

- Idée d’un document qui fasse le lien entre les différentes lois

- Mobilisations en septembre ou début octobre ( en fonction du calendrier parlementaire) idée d’une journée d’action nationale le même jour. les régions proches pourraient se retrouver à Paris mais pourquoi faire ? Besoin de définir une cible précise, un objectif. Pour que l’on parle de l’ensemble des actions nécessité d’avoir un matériel , une visuelle de manif identique. idée de se servir des affiches
faites par les copains de Brest, le corbeau de Toulouse et envie de réflêchir sur un visuel commun (ex masques blanc, slogans sur des habits, reprise grille vitry etc..). idées à échanger sur la liste mail.

- idée de se servir de remises en causes ou d’expérimentations locales comme point d’appui à des mobilisations régionales ou nationales

- Demande d’un positionnement de nos employeurs par l’intermédiaire des comité d’entreprise, CTE ou conseil d’administration.

- continuer les actions médiatiques qui servent aussi d’information aux populations et qui permettent d’interpeller la presse.

- Nécessité de réflêchir sur la notion de désobéissance. Nous sommes sur une mobilisation certes à court terme mais aussi à long terme même si les moyens d’actions devront s’adapter.

M. Hocquet


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 374 / 74587

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Ça nous regarde  Suivre la vie du site NON à la délation !   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License