AGI !
10 octobre 2006

La société Modeluxe aurait employé des sans-papiers en connaissance de cause

LEMONDE.FR avec AFP
mercredi 18 octobre 2006

http://www.lemonde.fr/web/article

"La direction savait que nos papiers n’étaient pas bons !"
Les sans-papiers menacés de licenciement pour faute par l’entreprise de blanchisserie industrielle Modeluxe de Chilly-Mazarin, dans l’Essonne, accusent la direction de connaître leur situation depuis le début. Celle-ci menace de les licencier au motif de "présentation de faux documents". Les problèmes étaient apparus quelques mois après une descente de police menée dans les locaux de l’entreprise en décembre 2004. Quarante-deux salariés en situation irrégulière avaient alors été recensés.

La quasi-totalité des 160 salariés de cette entreprise, dont la plupart sont originaires du Mali, a observé une grève de huit jours, jusqu’au lundi 9 octobre, pour protester contre ces licenciements. Depuis, le travail a repris dans cette entreprise de blanchisserie qui a pour clients des hôtels de la région parisienne. Mais en l’absence des sans-papiers, qui réclament toujours leur régularisation. Une quinzaine d’entre eux ont insisté, mardi 10 octobre lors d’une conférence de presse à l’union locale CGT de Massy, sur la connivence de la direction. "Ils savaient que les papiers n’étaient pas bons", a déclaré un de ces salariés sans-papiers. "On nous demandait simplement notre feuille d’impôts", a-t-il témoigné.

LES SANS-PAPIERS TRAVAILLAIENT SIX JOURS SUR SEPT

D’après Raymond Chauveau, secrétaire général de l’union locale CGT de Massy, la direction était au courant "depuis toujours" de la situation irrégulière de ces salariés et en profitait "pour imposer des conditions de travail et de salaire déplorables à tout le monde". Les sans-papiers dénoncent une différence de traitement entre eux et les travailleurs en situation régulière."Nous étions regroupés dans l’équipe de l’après-midi, pour pouvoir exercer une pression afin de nous faire travailler six jours sur sept. Ceux qui étaient en règle ne travaillaient que cinq jours par semaine", a raconté l’un d’eux.

Quatre des 22 sans-papiers ont été déclarés "régularisables" par la préfecture vendredi dernier. Selon M. Chauveau, ils ont été choisis par Modeluxe, car "ils occupent des postes bien particuliers" et sont difficiles à remplacer au pied levé. Sollicitée à plusieurs reprises depuis le début du conflit, la direction s’est refusée à tout commentaire.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 335 / 74587

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Revue de presse   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License