AGI !
JOURNÉE EUROPÉENNE D’ACTION CONTRE L’ ENFERMEMENT DES SANS-PAPIERS

19 JANVIER : JOURNÉE EUROPÉENNE D’ACTION

RESF 73
lundi 14 janvier 2008

Des personnes vivent dans notre pays SANS PAPIERS. Elles vivent ici, leurs enfants vont à l’école ici, parfois elles travaillent ...

Etre sans-papiers c’est une situation administrative, ce n’est pas un crime !

ET POURTANT ...

LA CHASSE AUX ÉTRANGER-E-S EST OUVERTE !

Les contrôles et arrestations se multiplient : dans la rue, aux abords ou à la Préfecture, à domicile ...

Des pressions sont faites sur le personnel de l’ANPE, de certaines associations, les travailleurs sociaux pour qu’ils dénoncent les sans-papiers qu’ils accueillent !

Dans les écoles, la police « se renseigne » sur telle ou telle famille sans papiers...

Il s’agit de faire du chiffre ! 25000 expulsions demandées par Hortefeux pour 2007

Voté entre les fêtes, le fichier ELOI va enregistrer tous les noms, prénoms, adresses des familles et de leurs enfants, afin de mieux les interpeller ! Ficher les enfants aussi qualifie assez cette politique !

EN CENTRE DE RÉTENTION OU EN PRISON, LES SANS-PAPIERS SONT ENFERMÉ-E-S !

Les « centres de rétention administrative » sont des prisons pour étranger-e-s qui ne disent pas
leur nom. Dans ces lieux fermés, ceinturés de barbelés et contrôlés par la Police, les étranger- e-s qui doivent être expulsé-e-s peuvent être enfermé-e-s jusqu’à 32 jours. Ce sont des adultes, mais de plus en plus souvent aussi des familles avec des mineur-e-s, et même des enfants en bas âge et des femmes enceintes !

En 2006, 201 enfants ont été enfermés en centre de rétention en France ... dont 117 à Lyon !
De plus en plus de personnes sont « retenues » (1 500 places aujourd’hui contre 786 en 2002)
La durée légale de rétention augmente : 7 jours en 1981, 10 jours en 1993, 12 jours en 1998 et
enfin 32 jours depuis 2003 (le Parlement européen discute de l’adoption d’une directive
prévoyant une durée de rétention pouvant atteindre 18 mois !).

Les étranger-e-s arrêté-e-s qui tentent d’échapper à l’expulsion vers un pays qu’ils ont fui peuvent être condamné-e-s jusqu’à 1 an de prison.

L’infraction aux lois sur le séjour est aujourd’hui considérée comme un délit passible d’emprisonnement.

Des étranger-e-s peuvent ainsi être emprisonné-e- s pour le simple fait de ne pas se trouver en règle.

Et après la prison, rien n’est réglé ! Ils/elles sont toujours sans-papiers et expulsables !

Selon les chiffres du Ministère de la Justice, les détenu-e-s étranger-e-s incarcéré-e-s pour infraction à la législation sur le séjour représentent le quart des détenu-e-s étranger-e-s en métropole (soit plus de 3 000 personnes). Entre 1984 et 1996,
leur nombre a augmenté de 330% !!

LES ÉTRANGERS SANS-PAPIERS NE SONT PAS DANGEREUX ! ILS SONT EN DANGER !

REFUSONS LA CRIMINALISATION DES SANS-PAPIERS !

ETRE SANS PAPIERS N’EST PAS UN DÉLIT.

NON À L’ENFERMEMENT DES SANS-PAPIERS.

MANIFESTATION

Samedi 19 janvier à 15h00

Devant le centre de rétention de Satolas (aéroport St Exupéry)

Départ en car de la gare routière de Chambéry à 13h30. (Places 10€ et 2€)

S’inscrire au 04 79 28 34 25 ou resf73@orange.fr

DÉPLACEMENT ORGANISÉ PAR LE COLLECTIF SAVOYARD CONTRE LES RACISMES ET LA HAINE ET RESF - SAVOIE


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 522 / 74587

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Ça nous regarde   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License