AGI !
chiffres du chômage

Insee : les statisticiens pour des Etats généraux

NOUVELOBS
jeudi 19 avril 2007 par AL

Plusieurs dizaines d’entre eux ont manifesté pour exiger le report de la publication des chiffres du chômage du mois de mars ainsi qu’une"expertise réellement pluraliste et transparente".

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com

Plusieurs dizaines de statisticiens et d’agents du ministère de l’Emploi, de l’Insee et de l’ANPE (80 selon la police) ont manifesté jeudi 19 avril à Paris pour exiger le report de la publication des chiffres du chômage du mois de mars, prévue dans le courant de la semaine prochaine entre les deux tours de l’élection présidentielle.

Les syndicats du ministère de l’Emploi et de la Cohésion sociale, de l’Insee et de l’ANPE, à l’origine de ce rassemblement devant la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES), demandent le report de la publication mensuel du chiffre du chômage, estimant qu’il "ne reflète plus (...) les évolutions du taux de chômage aux normes du Bureau international du travail (BIT)".

Des "Etats généraux"

Dans un communiqué commun, les syndicats CGT, CFDT, FSU et UNSA du ministère de l’Emploi, de l’ANPE et de l’Insee, auxquels s’ajoute le syndicat Sud pour ces deux derniers organismes, dénoncent la "confusion qui sévit actuellement" et appellent à la tenue "d’Etats-généraux des chiffres du chômage".

"Le taux publié par l’Insee et la Dares et commenté mensuellement par le ministre de l’Emploi ne reflète effectivement plus depuis 2005 les évolutions du taux de chômage aux normes du Bureau international du travail (BIT), faute d’intégrer les données les plus récentes issues de l’Enquête emploi 2006" de l’Insee, écrivent les syndicats.

"La direction de l’Insee a en effet décidé de reporter à l’automne la révision du taux de chômage à partir de l’Enquête emploi 2006", rappellent les organisations syndicales.

"En attendant", ajoutent-elles, "seules les statistiques de l’ANPE sont utilisées pour le calcul du taux de chômage mensuel. Le recours à ces données est pourtant fortement remis en question par les modifications apportées depuis 2005 dans la gestion administrative des demandeurs d’emploi à l’ANPE"

"Ces modifications ont conduit à une sous-estimation considérable du chômage dans les chiffres produits par l’agence et publiés par le ministère", estiment les syndicats qui demandent à leurs directions respectives "de prendre leurs responsabilités et de ne pas publier l’estimation mensuelle des chiffres du chômage à la fin avril".

"Pluraliste et transparente"

Les syndicats exigent qu’une "expertise réellement pluraliste et transparente ait lieu sur la question des chiffres de l’emploi et du chômage", avec la possibilité pour "les agents du ministère de l’Emploi, de l’Insee, de l’ANPE, d’Eurostat" et "les experts d’autres organismes" de "pouvoir travailler ensemble à partir de l’intégralité des données aujourd’hui fragmentées".

Le 30 septembre dernier, Eurostat, l’office européen de statistiques, a affirmé que le taux de chômage en France s’élevait à 8,8% en février, alors que le gouvernement français avait annoncé la veille un taux de 8,4%.

Il s’agissait du dernier épisode en date d’une polémique sur les chiffres officiels du chômage en France, dont un collectif appelé les Autres chiffres du chômage (ACDC), remet en cause la fiabilité tous les mois depuis décembre dernier, des critiques reprises et amplifiées par l’ensemble des partis politiques de gauche.

(AP)


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 223 / 74587

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Revue de presse  Suivre la vie du site chomage   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License