AGI !

Un rapport accablant sur la police en Seine-Saint-Denis aurait été "caché" pendant des mois

dimanche 3 juin 2007

SOURCE : LEMONDE.FR

Les conclusions d’un rapport inédit rédigé fin 2006 sur les relations entre police et population en Seine-Saint-Denis ont été révélées par l’AFP, samedi 2 juin. Le constat est accablant : évoquant un "climat d’insécurité permanent" , l’Institut national des hautes études de sécurité (INHES), auteur du rapport, souligne un "décalage" entre la "suractivité permamente" de la police et les "réalités subies par la population". A tel point que les auteurs parlent d’une "césure" entre la police et la population dans le département.

Le document a été commandé par le préfet de Seine-Saint-Denis à l’INHES, un organisme qui dépend du ministère de l’intérieur, mais jamais rendu public officiellement. En déplacement dans l’Essonne, Ségolène Royal s’est insurgée contre le fait que ce rapport ait été "caché aussi longtemps", évoquant "des vérités qui dérangent".

"DOCUMENT INTERNE"

Il s’agit d’un "document interne qui n’avait pas vocation à être diffusé", a réagi, samedi, la direction générale de la police nationale (DGPN) selon laquelle "beaucoup a été fait en Seine-Saint-Denis" depuis fin 2006, notamment pour le "renforcement des effectifs" ou "l’accueil dans les commissariats".

La "mission d’étude" de l’INHES s’est concentrée sur quatre communes du "93", département d’où sont parties les émeutes de novembre 2005. Parmi elles, Montfermeil ou Clichy-sous-Bois. Les chercheurs de l’INHES ont rencontré pendant deux mois des acteurs municipaux, policiers ou magistrats.

LA POLICE DE PROXIMITÉ A EU DES "EFFETS POSITIFS INCONTESTABLES"

Les auteurs évoquent une "déferlante de violence" avec un "nombre croissant de mineurs" mis en cause dans la délinquance, une "dégradation", voire "parfois une césure" entre la police et la population. La police se concentre trop sur la lutte contre les stupéfiants ou les clandestins, affirme encore l’étude, dénonçant une "hausse artificielle" de ses taux d’élucidation, qui lui donnent "une image agressive". La Seine-Saint-Denis, soutient l’étude, est dans une situation de "marginalisation croissante" avec une "délinquance hors normes". Un "fossé se creuse avec les autres départements" notamment pour ce qui est des faits violents constatés.

Quelles sont les solutions ?

Il faut "renouer les liens avec la population des quartiers", "réorganiser le travail de la police et de ses techniques d’intervention". Un train de mesures est préconisé comme l’accueil dans les commissariats, une "doctrine d’emploi" des policiers et particulièrement des CRS. La police de proximité, dit aussi l’étude, a eu des "effets positifs incontestables" dans certains secteurs.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 393 / 74587

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Revue de presse   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License