AGI !

La France accusée à l’ONU de "légitimer le racisme"

Le Monde (09.11.07)
vendredi 9 novembre 2007

Au cours d’une session de la troisième commission de l’Assemblée générale des Nations unies, Doudou Diène, le rapporteur spécial de l’ONU sur le racisme, la discrimination raciale et la xénophobie, s’en est pris, mercredi 7 novembre, au président français, Nicolas Sarkozy, qu’il a accusé de s’être inscrit dans "une dynamique de légitimation du racisme". M. Diène s’exprimait sur "la recrudescence des phénomènes de racisme à travers le monde" et sur leur "banalisation politique", voire leur "légitimation démocratique".

http://www.lemonde.fr/

M. Diène a sévèrement critiqué le discours prononcé à Dakar le 2 juillet par M. Sarkozy. Dans cette allocution, le président français avait dénoncé l’esclavage et les effets pervers de la colonisation tout en estimant que "le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’Histoire" et que "jamais il ne s’élance vers l’avenir".

ACCUSATIONS "INFONDÉES"

Doudou Diène, qui dépend du Conseil des droits de l’homme de Genève, a, selon le communiqué officiel, placé le discours de M. Sarkozy dans le contexte des propos du Prix Nobel de médecine James Watson sur la prétendue infériorité intellectuelle des personnes d’ascendance africaine. Ces deux éléments illustrent, selon le rapporteur sénégalais, "la recrudescence des phénomènes et des manifestations de racisme" et participent d’une "légitimation intellectuelle du racisme".

M. Diène a également dénoncé "la criminalisation et le traitement exclusivement sécuritaire des questions relatives à l’immigration". "En France, le projet de loi introduisant les tests ADN dans la procédure de traitement administratif des postulants au regroupement familial constitue aussi une illustration de cette stigmatisation de l’immigré", a-t-il ajouté.

Le représentant de la France au sein de la troisième commission a répliqué en jugeant les accusations du rapporteur "infondées et irresponsables". Le président français "a réaffirmé dans ses discours et ses actes que la lutte contre le racisme faisait partie de ses priorités", a expliqué le diplomate, qui a assuré que les tests ADN ne seraient pratiqués que "sur une base volontaire".

Doudou Diène a repris la parole pour affirmer qu’"il était essentiel que le président français, Nicolas Sarkozy, sache que le discours de Dakar a causé une blessure profonde". "Dire devant des intellectuels africains qu’ils ne sont pas entrés dans l’histoire s’inspire des écrits racistes des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles", a ajouté le rapporteur.

Philippe Bolopion


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 187 / 74587

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Ça nous regarde   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License