AGI !

Michel Camdessus dénonce les 35 heures et "le déficit de travail"

AFP@ 09/09 06:52 (Article publié dans l’Express du 9 septembre 2004)
jeudi 9 septembre 2004

Un rapport "sur les freins à la croissance" confié par Nicolas Sarkozy à l’ex-directeur général du FMI, Michel Camdessus, dénonce "le déficit de travail" en France et les 35 heures, qualifiées de "stratégie perdante", selon le quotidien La Tribune paru jeudi.

Le journal économique précise que ces éléments proviennent d’un "rapport d’étape", les conclusions définitives devant être remises la semaine prochaine au ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie.

"L’essentiel des différences avec les performances de nos partenaires s’explique par la moindre quantité de travail que nous fournissons", affirment les auteurs de l’étude. Ainsi, écrivent-ils, "si un salarié français produit 5% de plus par heure travaillée qu’un Américain, il produira 13% de moins par an et 36% sur sa vie active".

Selon eux, si rien n’est fait, la croissance potentielle de l’économie française "est vouée à ralentir de 2% aujourd’hui, à 1% à l’horizon 2015 par le simple effet du vieillissement de la population". L’économie française, assurent-ils, est "subrepticement engagée dans un processus de décrochage qui peut la conduire, si rien n’est fait, à une situation, à terme d’une dizaine d’années, difficilement réversible."

A propos de la réduction du temps de travail, le rapport fustige "la stratégie perdante" qui a consisté à vouloir partager le travail, cette politique "n’étant pas parvenue à réduire le chômage".

Le rapport déplore également "la faible efficacité sociale et économique de la dépense publique", stigmatisant "l’hypertrophie de la sphère publique".

L’essoufflement de l’économie a été caractérisé à la fois par "un ralentissement de la croissance de la productivité" et par "un déficit d’investissement, en particulier dans les nouvelles technolologies", poursuit ce rapport.

Les auteurs appellent à "livrer et gagner la bataille des qualifications". Ils notent que nombre d’emplois ne sont pas "délocalisables" parce qu’ils échappent à la concurrence internationale dans des secteurs comme l’hôtellerie, la grande distribution ou les services aux personnes, où le taux d’emploi est assez faible en France comparé à d’autres pays.

M. Sarkozy avait confié la rédaction de ce rapport à une "commission des sages" conduite par M. Camdessus et forte d’une vingtaine d’experts de tous horizons (patrons, syndicalistes, etc.), leur donnant 100 jours pour rendre leurs conclusions.

Tout un programme et une logique à toute épreuve :

Le vendredi 23 mai 2003, à Québec, qui a dit :
(réponse en cliquant sur le lien)

" En France, on était sur la voie de la société de loisirs.
On était sur le point de perdre l’habitude de travailler tôt. Il y avait un projet de loi qu’on a arrêté à temps. C’était : Quand on ne travaillera plus le lendemain des jours de repos, la fatigue sera vaincue. "

La plaisanterie aurait pu faire sourire si elle était l’œuvre du regretté Jean Yanne.

Mais l’expert en mauvais goût et provocations qui a prononcé ces phrases est un gros balourd, qui, vendredi 23 mai à Québec, à l’occasion d’un déplacement officiel, dénigrait ainsi, devant des chefs d’entreprises canadiens, les travailleurs français.

(source : Le Monde)


titre documents joints

texte intégral

24 janvier 2005
info document : PDF
1008.8 ko

forum

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1350 / 74587

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Réagir !   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License